Share Poll

Poll link

500 px
350 px
250 px
Preview

widget preview:

Width - px Height - px

Close preview
! You are using a non-supported browser Your browser version is not optimised for Toluna, we recommend that you install the latest version Upgrade
Our Privacy Notice governs your membership of our Influencer Panel, which you can access here. Our website uses cookies. Like in the offline world, cookies make things better. To learn more about the cookies we use, check out our Cookies policy.

claralune

  1 month ago

Fraude alimentaire : du thon ou du « laxatif des mers » ? 16 octobre

c'est a mourir de rire tellement on se fait avoir de tout bord et de tout coté, c'est honteux ceux et celles qui agissent de meme et toute ca pour une histoire d'argent, une belle gang d'hypocrite et de voleur qui se foute de la santé des gens

du thon, ou pas

Vous avez commandé de la morue ? On vous a possiblement servi de l’aiglefin ou de la goberge. Les filets que vous avez cuisinés portaient peut-être l’étiquette (et le prix) du vivaneau ? Peut-être avez-vous plutôt servi du sébaste ou du tilapia à vos invités. L’exemple le plus choquant est toutefois celui du thon : l’étude a dénombré 10 échantillons présentés comme du thon blanc qui étaient en réalité de l’escolar, une espèce poétiquement surnommée par le rapport le « laxatif de l’océan » en raison des symptômes gastro-intestinaux qu’elle peut provoquer chez ceux qui la consomment. À noter : tous les échantillons ont été recueillis en dehors du Québec – Oceana est censée étendre son enquête à Montréal l’an prochain.

source : http://mi.lapresse.ca/screens/de18087c-8a86-4b30-ab1d-c0f17912e8be__7C___0.html

-------------------------

61 % des poissons mal étiquetés à Montréal

C’est la deuxième fois que le groupe Oceana Canada mène une étude sur l’étiquetage des poissons et fruits de mer vendus au pays. Le premier exercice a été mené en 2017 et en 2018 dans cinq grandes villes canadiennes. Pas moins de 44 % des 382 échantillons recueillis à Vancouver, Victoria, Toronto, Ottawa et Halifax contrevenaient aux normes d’étiquetage de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA

L’été dernier, l’organisation caritative qui a pour mission de protéger les océans canadiens a poursuivi son enquête à Montréal. Les résultats, obtenus par La Presse, seront rendus publics aujourd’hui. Des tests d’ADN menés par le laboratoire TRU-ID à Guelph ont démontré que 61 % des 90 échantillons étaient mal identifiés.

45 échantillons sur 61 mal présentés dans les restaurants

Dans près de 35 % des cas – soit 31 échantillons –, les poissons étaient d’une tout autre espèce. Trois échantillons étaient même des espèces dont la vente est interdite au Canada. Le reste des échantillons problématiques étaient mal identifiés en vertu des normes fédérales canadiennes, c’est-à-dire que le nom qui apparaissait sur l’étiquette ne correspondait pas au nom commercial acceptable qui figure sur la « Liste des espèces » de l’ACIA. Par exemple : l’appellation générique « thon » est utilisée à tort sur le marché pour désigner 12 variétés qui devraient être nommées plus clairement.

Dans les épiceries, c’est 34 % des poissons qui étaient faussement identifiés.

16 % des poissons remplacés par des espèces potentiellement nocives

Parmi les espèces carrément substituées à une autre : 16 % avaient été remplacées par une sorte de poisson pouvant entraîner de graves conséquences. Connaissez-vous l’escolar ? Ce poisson baptisé « laxatif des mers » est banni au Japon, en Corée du Sud et en Italie. Sa vente est permise ici, même si sa consommation peut entraîner de la diarrhée, des nausées et des vomissements. Il est peu recommandé chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Au Québec, l’escolar a été vendu sous l’appellation « thon blanc » ou « poisson-beurre ». Des « sérioles du Japon » ont aussi été vendues comme étant des limandes à queue jaune. Ce poisson peut contenir une toxine naturelle appelée ciguatera, qui peut entraîner des effets neurologiques débilitants à long terme.

78,93 $ le kilogramme pour du saumon frauduleux

Selon Sayara Thurston, responsable des campagnes pour la fraude alimentaire chez Oceana, les poissons mal étiquetés sont majoritairement remplacés par des variétés moins chères. Voici deux exemples relevés à Montréal l’été dernier : du saumon sauvage du Pacifique à 78,93 $ le kilogramme avait été remplacé par du saumon d’élevage de l’Atlantique à 34,94 $ le kilogramme. Du bar rayé commun à 75,29 $ le kilogramme avait été remplacé par de la dorade à 19,95 $ le kilogramme. Aucun commerce n’a été identifié par les auteurs. « Les études montrent que la fraude se fait à chaque étape de la chaîne alimentaire, donc les commerces aussi peuvent en être victimes. C’est vraiment un problème qui a besoin d’une solution qui vient du gouvernement

Environ trois fois moins de fraude en Europe en trois ans

Du bateau à l’assiette, le Canada doit se doter d’un véritable système de traçabilité, selon Oceana. Depuis la mise en place d’un tel système en 2014, l’Europe a vu les cas de fraude alimentaire dans le poisson fondre de 23 % en 2011 à 7 % en 2014. « On est encouragés de voir dans les plateformes électorales qu’il y a des partis qui sont engagés à [s’occuper de] ce problème-là. On voit que les libéraux, les conservateurs et le NPD ont pris des engagements en ce sens », explique Sayara Thurston. Cette dernière souligne par ailleurs que les entreprises canadiennes qui exportent leurs produits vers l’Europe sont déjà tenues d’y souscrire. « En ce moment, on demande plus des industries canadiennes que des industries d’ailleurs qui veulent vendre leurs produits au Canada »

source : https://www.lapresse.ca/actualites/201910/15/01-5245529-fraude-alimentaire-du-thon-ou-du-laxatif-des-mers-.php?fbclid=IwAR2a8J1DWNmkLg6IS6cNQDGcTLq4-mjqrNXSRXnKzbNjg66fTxumlDk58tY
Reply
Post

hyppolim

  1 month ago
Tu as raison Claralune, on se fait vraiment avoir. Je trouve que c'est déplorable! Il me semble qu'en tant que consommateurs, nous devrions avoir confiance en ce que nous mettons dans notre assiette et surtout confiance en ceux qui nous vendent des produits alimentaires. C'est scandaleux, les environnementalistes devraient s'en mêler : ))) Reply
2 comments

haykel.brahem

  1 month ago
Que doid faire pour eviter l'arnaque ? Reply
1 comments

haykel.brahem

  1 month ago
Un long article Reply
1 comments

cp465ndg945

  1 month ago
Très préoccupant, tout ça. Je vais cesser de manger si ça empire. Qu'on me serve uniquement du Boost (un substitut de repas préparé par Nestlé) comme j'en prends à tous les matins et en complément, une multi-vitamine dans une gélule avalable.
Car certaines sont trop grosses et bloquent le gosier au point de risquer de vous tuer sur place… en vous étouffant.
Et puis le poisson, je n'aime pas tellement. Un filet de sole pané dans un restaurant, occasionnellement. Si rien d'autre au menu ne me sourit. Par contre, le thon en boîte s'avère un élément essentiel de ma "salade russe". Un de mes repas préférés.
Avec des pommes de terres bouillies et des œufs cuits durs. Plus du jus de citron, de la mayonnaise, un peu de moutarde et une pincée ou deux de sel, sans oublier l'huile canola.
Le saumon ne m'a jamais attiré. Je ne suis pas un ours guettant la remontée des saumons revenant frayer là où ils sont nés. Mais peu importe. Un Boost et une multi-vitamine à tous les jours, cela me conviendrait parfaitement. Si tout le reste devenait immangeable.
C'en serait alors fini des courses épuisantes à l'épicerie et de toute ces marmites, vaisselle et ustensiles sales à laver. Quelle belle vie!
Reply
1 comments

Copied to clipboard

You’re almost there

In order to create content on the community

Verify your Email / resend
No thanks, I’m just looking

OK
Cancel
We have disabled our Facebook login process. Please enter your Facebook email to receive a password creation link.
Please enter a valid Email
Cancel
We're working on it...
When you upload a picture, our site looks better.
Upload